03 mars 2007

Giscard et la Constitution européenne

giscardValéry Giscard d’Estaing a évoqué la Constitution européenne devant les étudiants de l’université de Georgetown à Washington.

« Pour achever la ratification, il serait nécessaire pour les deux Etats qui ont dit non de changer leur position », a-t-il déclaré. La France et les Pays-Bas seront donc bien obligés de s’aligner sur les autres. « Il faut vraiment que la France clarifie sa position et ne demande pas aux autres de clarifier la leur, qui est généralement claire. » Mais il faut attendre les élections. Après, il faudra « un délai approprié pour permettre aux gens d’avoir le sentiment que le texte est examiné minutieusement et que toutes les observations sont faites ». Une fois qu’on leur aura inculqué ce sentiment, on fera voter le traité par le Parlement, parce que, « pour un texte de cette nature, un processus parlementaire est plus adapté », et ce fut « probablement une erreur de l’avoir soumis à référendum ».

Mais Giscard n’oublie pas que d’autres pays, qui ont gelé le processus de ratification, sont hostiles à la Constitution européenne. Et le voilà qui suggère que certains pays comme la Grande-Bretagne ou la République tchèque puissent rester en dehors du traité constitutionnel comme certains pays restent en dehors de la monnaie unique...

Et alors pourquoi pas la France, qui a ouvertement et clairement dit non ?

Posté par DLP France à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Giscard et la Constitution européenne

Nouveau commentaire